Les fakes de LoBo
– l'actualité satirique en images
cinquante nuances de Morano

Voilà que nos certitudes volent en éclats et que nos préjugés sur elle tombent un à un : celle que nous prenions pour une mégère monolithique sans relief, une poissonnière pleine de tonus, une vendeuse à la criée décomplexée a finalement une personnalité bien plus intéressante qu’au premier abord. Cinquante nuances de Morano nous raconte l’éveil aux sens de , sa plongée dans les délices de la chair, sa découverte de la fessée dans les sous-sols de l’Elysée, son initiation à la pole dance par Rachida Dati… Tour à tour dominée et dominante, Nadine s’avère en tout cas d’une curiosité insatiable, son innocence depuis longtemps abandonnée dans des jeux plus ou moins cruels…

Notre avis :

Si cette lecture nous permet de découvrir Nadine Morano sous un nouveau jour, on ne peut malheureusement pas être aussi éloquent sur le style très banal de l’écriture, à peine digne d’un élève de 3ème si on admet qu’il puisse connaître le champ lexical de la luxure déployé sans parcimonie par l’auteur dans ces pages. Premier livre bien épais d’une trilogie qui devrait continuer dans la frivolité graveleuse avec Les fantaisies de Fillon et Décomplexions de Copé, on espère que ces nouveaux tomes seront plus excitants.

(librement adapté de Fifty shades of Grey de E.L. James)

1 réaction to “cinquante nuances de Morano”

  1. Chiana dit :

    Je crois qu’il est question d’en faire un film… si si ! 🙂

Commenter